coin lecture: Quand on n'a que l'amour par Nick Alexander

Publié le par ynomra

bonsoir

 

merci à Netgalley et aux éditions Amazon publishing France de m'avoir permise de découvrir ce roman

 

 

résumé:

 

Catherine était le grand amour de la vie de Sean. À sa disparition, elle lui a laissé une boîte remplie d’enveloppes, contenant chacune une photo et une cassette.

Ce sont des messages que Catherine a enregistrés peu avant sa mort : des souvenirs de leur couple mais aussi des pensées et des secrets qu’elle n’avait jamais partagés avec son mari. À mesure que Sean les écoute, il est de plus en plus mal à l’aise : sa femme a beau avoir choisi chacun de ses mots avec amour, ils sont aussi douloureux d’honnêteté – parfois douloureux tout court. De révélation en révélation, les certitudes de Sean vacillent : et s’il se trompait sur leur histoire et ce qu’il pensait être leur passé commun ?

Cependant, il ne peut s’empêcher d’espérer que les cassettes lui apporteront enfin la réponse à la question qu’il n’a jamais osé poser. Le destin existe-t-il vraiment ? Et si oui, Catherine et lui étaient-ils faits pour s’aimer ?

 

mon avis personnel:

 

 

Mon premier roman de cet auteur, merci à Amazon de m'avoir permise de le découvrir.

Un roman qui dès les premières lignes nous met dans un concept difficile, un enterrement, celui de l'héroïne de ce livre Catherine, où n'y découvre Sean son mari, Avril sa fille, et Maggie sa meilleure amie.

Le livre se divisé en trois parties, les photos, les cassettes et la vie de Sean après sa mort.

Car Catherine a laissé à son mari, une boîte, qui contient 29 photos et cassettes audio, pour que pendant 29 semaines elle puisse continuer de l'accompagner dans son processus de deuil, et qu'elle ne devienne pas un idéal, un goût de vie inachevée par son absence.

Elle va lui faire beaucoup de bonnes et mauvaises révélations, qui mettront Sean dans le doute: connaissait il vraiment sa femme ? Se connaît on vraiment ?

Un roman sympathique, un peu dans l'air du temps avec ces histoires de cassettes comme "13 reason why". Il se laisse facilement lire, même si le déroulement est assez téléphoner.

Publié dans coin lecture

Commenter cet article