Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

coin lecture: Le début de la musique de M.P. Vallas

Publié le par ynomra

bonjour bonjour

 

merci aux éditions Librinova de m'avoir permise de découvrir ce roman de M.P. Vallas

 

vous pouvez découvrir le eBook sur ce lien

 

 

 

résumé:

Depuis maintenant un an, Éléa vit dans l’obscurité. La lumière a disparu sous les bombardements et les tirs incessants. Sans nouvelles de son mari parti combattre sur le front indien, elle ne sort de son appartement que pour travailler… et se rendre au Grand America Shopping Mall, l’école gouvernementale où ses enfants sont placés.

Dans son immeuble, les voisins craignent constamment l’irruption de la milice, car tous ne respectent pas les règles : du concierge qui dissimule son chien à Madame Prillgood qui cache son mari, tout le monde risque gros.

Sans oublier que chaque jour, les forces américaines perdent du terrain, laissant l’ennemi se rapprocher peu à peu de l’immeuble d’Éléa… Quand le danger sonnera à sa porte, pourra-t-elle s’en sortir ?

Plongez dans un univers quasi apocalyptique, où l’obscurité et la poussière se mêlent pour vous faire suffoquer.

 

mon avis personnel:

Un roman que je ne peux dire si je l'ai aimé ou pas. Pourquoi ? Car ça part dans tous les sens.

On a notre personnage central Elea, et beaucoup (trop) d'autres qui gravitent autour d'elle, ce qui fait que souvent je ne savais plus qui était qui. Donc il y a une guerre, on comprend mondiale, pourquoi ? ça c'est le mystère non résolus. Puis un but: qu'elle puisse récupérer ses enfants.

Seulement l'auteur, nous parle de beaucoup de chose et souvent de n'importe quoi. Je m'explique, prenons le cas de Billy Hanes, déjà son langage comme la plupart de ceux de la meute, un langage de cité, hachée, ou la moitié des mots et du vocabulaire manquent. On nous le fait arriver après plusieurs chapitres, de je ne sais d'où, il arrange les choses, entre guillemet, puis on parle d'un coup de son passé, du présent, puis on comprend qu'on est dans sa tête, ces délires, mais en même temps on nous raconte que Diane (pourquoi comment ben on sait pas) est venue le soigner, puis ça repart dans sa tête, bref on suit son délire tout en suivant la vie des autres, et au final, ça n'apporte pas grand chose au livre.

Puis on a souvent ce rapport à la musique, on se croirait à un opéra, avec plusieurs danseurs et un chef d'orchestre, on en voit partout, avec un central, on suit la danse, mais d'un coup le chef d'orchestre s'emballe et tout part dans tous les sens...

Ensuite, on a la guerre. Les gens la vive, sans comprendre pourquoi, d'où ça a commencé ? Harris en aura payé de sa vie pour vouloir comprendre, il est mort en l'écrivant... Par moment on nous donne des bribes, c'est d'ailleurs là qu'on situe l'époque futuriste. Ce serait dû aux écologistes qui seraient aller trop loins ? Une histoire de secrets cachés, d'extraction de minerai pour la création de téléphone aux dépend d'africains ? Bref pleins de suppositions. Je pense que l'auteur veut nous montrer que toutes les guerres sont absurdes. On ne sait jamais comment ça début, et pourquoi ça continue, le but recherché. De plus on prend les même et on recommence comme en 40 (leur immeuble 46 un hasard ? Lien avec la fin de la guerre et le début d'autre caché comme la Rda Rfa ? L'astasie ? La guerre froide ? La guerre d'Algérie ?). Beaucoup de similitude avec ce qui s'est passé dans ces années.

 

Donc pour tout ça je ne sais pas, si j'ai aimé ou pas, je pense qu'un peu plus d'ordre aurait été super, car j'ai souvent perdu le fil, me suis perdue, et dû relire car je ne savais plus ce que je lisais. Je me suis accrochée pour lui donner une chance car une trame qui vaut le coup, mais trop de déballage, d'histoires. 

Publié dans coin lecture

Partager cet article

Repost0

coin lecture: Tu me trouveras au bout du monde de Nicolas Barreau

Publié le par ynomra

bonjour bonjour

000

voici la suite, avec le roman d’un auteur que je ne connaissais pas Nicolas Barreau

 

 

 

résumé:

 

Jean-Luc Champollion, galeriste parisien, s'était promis de ne plus jamais écrire une seule lettre d'amour depuis une terrible déception à l'adolescence. Pourtant, lorsqu'il en découvre une dans sa boîte à lettres, intrigué, il ne peut s'empêcher d'y répondre. Une relation épistolaire nourrie naît alors entre le jeune homme et l'énigmatique Principessa. Mais cette dernière sait ménager le suspense, et l'entraîne dans un jeu de piste amoureux avant d'accepter de se dévoiler en chair et en os. Pris au jeu de ce tendre duel, Jean-Luc s'enflamme. Qui est donc cette femme qu'il imagine sans la voir, qu'il comprend sans la connaître ? Comment la convaincre de se livrer ? Devra-t-il aller jusqu'au bout de la terre pour la tenir enfin serrée dans ses bras ? Nicolas Barreau est incontestablement un maestro de la comédie romantique. Multipliant les fausses pistes et les contretemps, le lecteur mène l'enquête tambour battant aux côtés du héros. Un roman rafraîchissant et teinté d'humour où nous découvrons deux personnalités attachantes, autour desquels gravite une galerie de personnages secondaires savoureux. Tu me trouveras au bout du monde est un pur moment de plaisir. On en redemande !

 

mon avis personnel:

 

Une petite découverte, faite dans les boîtes à livre, pour mon plus grand plaisirs. Je ne connaissais pas l'auteur et j'ai été agréablement surprise. J'aime beaucoup son style d'écriture, fluide, frais, qui nous donne toujours envie d'en savoir davantage.

C'est rare que je lise un livre avec personnage principal un homme, surtout dans ce style de roman. Jean Luc Champollion, galeriste, déçu par une fille dans sa jeunesse renonce à la prise, au lettre, aux échanged, mais une mystérieuse Principessa va lui redonner l'envie de s'y plonger. S'en suis un échange de correspondance entre un mélange du 18 ème et 21 ème siècles.

Même si on peut facilement découvrir qui est l'auteur de ces lettres, l'auteur fait tout pour essayer de tendre des pièges, ainsi que pour son personnage qui jusqu'à la fin cherchera son Cyrano.

Jolie roman, qui m'a fait découvrir un nouvel auteur 

Publié dans coin lecture

Partager cet article

Repost0

coin lecture: ça peut pas rater de Gilles Legardinier

Publié le par ynomra

bonjour bonjour

 

voici mes dernières lecture, dont celle de Gilles Legardinier, un auteur que j'aime beaucoup.

 

 

résumé:

 

J'en ai ras le bol des mecs. Vous me gonflez ! J'en ai plus qu'assez de vos sales coups ! C'est votre tour de souffrir ! 
Marie pensait avoir trouvé l'homme de sa vie, jusqu'à ce que son couple implose de façon brutale et scandaleuse. 
Anéantie, elle prend une décision sur laquelle elle jure de ne jamais revenir : ne plus faire confiance aux mâles et surtout, ne plus rien leur passer. 
Ni dans sa vie privée, ni au travail. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. À présent, c'est la méchante Marie qui est aux commandes.
Marie est remontée comme un coucou. Marie ne croit plus à l'amour, ce mirage source de tous les malheurs des femmes.
Mais voilà, Marie a du cœur, une famille, des amies aussi tordues qu'elle et une soif de vivre qui n'a pas fini de la précipiter dans des plans impossibles. Et si, au-delà de ses illusions perdues, il était temps pour elle de découvrir tout ce qui vaut vraiment la peine d'être vécu ?

 

mon avis personnel:

 

 

Encore un magnifique roman de Gilles Legardinier. On y retrouve son peps, il a une façon de nous faire rentrer dans l'histoire dont je suis fan. Dès les premières lignes, on accompagne Marie, on ressent ses émotions, on comprend ses sentiments, ses pensées, on est avec elle, même si on ne la connaît pas encore.

Dans ce roman on rencontre donc notre héroïne au limite de ce qu'elle peut endurer . On va l'a voir sombrer, avancer, devenir la femme forte qu'elle mérite, que toute femme mérite d'être.

De plus de nous révéler qu'à la fin l'auteur du courrier, permets de faire de nombreuses suppositions, qui nous laisse toujours en alerte tout au long de l'histoire, on ne se l

Une histoire qui ne manque pas de rebondissements, je n'avais pas autant ris avec un roman depuis longtemps. C'est frais, remplis d'humour, ça fait du bien.

J'adore Gilles Legardinier, et je suis toujours ravie de ces romans, il sait dépeindre les femme, comme une femme, sans être dans des clichés. Je suis fan, merci de nous faire vivre de si belles aventures

Publié dans coin lecture

Partager cet article

Repost0