roman: quand le silence prend la parole (partie 4)

Publié le par ynomra

bonjour bonjour

voici la suite :)

pour répondre a certain, non je ne l'ai pas publier car a l’origine c'était un essaie pour un concours dont on a jamais eut de nouvelle a part qu'ils ont reçu les manuscrits , cool :)

bisou et bonne journée

 

 

8

Comment communiquez-vous avec ce jeune homme ?

Annabelle m’expliquait que tout commença à partir de cette rencontre.

Il se trouvait que la chambre de notre jeune fille était équipée pour les personnes handicapées.

Alors Annabelle dû quitter sa chambre pour la lui laisser. Cela ne l’a dérangé pas, elle éprouvait plutôt de la joie à l’aider.

Annabelle se trouva logée à côté de la zone réservée à la rééducation, c’est à cet endroit qu’elle lia une amitié avec Florent.

Un après-midi, elle le vit près de la porte de la salle, tête baissée. Elle crut à un malaise, se dirigea vers lui en tout hâte. Annabelle s’accroupit et regarda les yeux tristes de Florent. Dès cet instant, ils suent qu’ils seraient amis.

Au début, on a appris qu’Annabelle communiquait avec les yeux, ses grands-parents refusant d’apprendre un nouveau langage. Avec Florent se fût le même procédé. La communication s’établit.

Grâce à son regard, elle dit à Florent de parler avec ces doigts. Un tapotement : oui, deux : non. Ainsi avec les gestes d’Annabelle et les doigts de celui-ci, ils inventèrent un nouveau langage.

Florent reprit confiance en lui, sa rééducation était en net progrès.

Seulement, il ne parvenait pas à « parler » avec les autres. C’est là qu’une idée jaillit dans le cerveau d’Annabelle.

Avec l’aide de Victor, l’éducateur qui c’était occupé de son apprentissage. Ils mirent au point un concept permettant à Florent d’entretenir une conversation avec les individus du centre.

Florent avait les muscles des doigts qui fonctionnaient. Ils lui installèrent un clavier sur le bord droit du fauteuil, relié à un écran d’ordinateur placé entre les jambes de ce dernier. Le tout branché à un turbogénérateur posé sur le marche pied à l’arrière du fauteuil.

9

N’étais-ce pas difficile à véhiculer ?

Le fauteuil de Florent était électrique. Certes il se déplaçait plus lentement mais cette idée changea le dialogue. Tous se mirent à parler à l’aide de clavier, la communication entre les personnes du centre devint plus simple.

Avec l’aide des parents, le centre pu investir dans l’achat de minis consoles reliées entre elles par infra rouge pour que tous puissent parler. Florent n’étant pas le seul invalide du centre.

Ce moyen permit aux enfants de communiquer avec ceux des alentours –le centre encourageait les élèves à sortir du centre dans les environs- chose qu’ils ne pouvaient jamais faire avant. On n’apprend pas le LSF dans les écoles.

10

Mais pour tout écrire se devait prendre du temps ?

Non ! Au centre, les éducateurs apprirent aux enfants les abréviations -de nos jours : langage SMS[1]- avec le français. De cette façon 80 % des élèves ne communiquaient plus qu’à l’écrit et leur niveau en langue française évolua. Bien sûr l’apprentissage du LSF continua, car les enfants qui avait leur famille, ne pouvaient pas toujours communiquait avec leur console, notamment dans les magasins où cette appareils était interdit. Même pendant le déjeuné, au fur et à mesure ils apprirent à anticipée la lecture des mots et à taper comme s’ils parlaient.

Il y eu quatre points positifs grâce à ce procédé. Le premier : les élèves étaient plus attentifs en cours « d’abréviation », deuxièmement : tous les enfants du centre se parlaient (aucun n’étaient lésés), troisièmement : le centre établit une correspondance avec les écoles alentours, chaque élèves avaient un correspondant, quatrièmement : le cours « d’abréviation » fit partit des enseignements des écoles du département. L’académie ayant étaient surprit de cette évolution du dialogue entre tous les enfants de la ville de C.

Les parents de Florent furent ébahis de l’évolution de leur fils. Le sourire habitait son visage et sa maladie était moins présente.

Malheureusement, la mère de Florent trouva un travail fixe. Elle pouvait désormais s’occuper de lui. Habitant à 500 kilomètres du centre, Florent partit.

La séparation entre les deux jeunes gens fût terrible. Annabelle ressentait une colère profonde mais qu’elle ne pouvait pas exprimer. Florent demeura solide – même si au plus profond de lui quelque chose lui fit mal- promit à la jeune fille qu’ils seraient de nouveaux ensembles.



[1] Short Message Service

 

Publié dans roman

Commenter cet article

Chris 08/04/2012 19:22


Joyeuses Fêtes de Pâques 


Bisous 

ynomra 17/04/2012 15:35







DentelleDeLune 08/04/2012 16:43


Bonjour ! Z'avez pas vu un lapin ?


Bonjour Armony , j'espère que tu vas bien et que tu passes une belle journée de Dimanche


Joyeuses Fêtes de Pâques


Amitiés et bisous de Thierry


 



ynomra 17/04/2012 15:35



merci :) bisous 



rené 05/04/2012 09:54

Bonjour Je te souhaite une bonne journée Nos amitiés bises René

ynomra 17/04/2012 15:34







rené 04/04/2012 11:09

Bonjour toute la journée pour moi, impossible d'ouvrir les blog OB Je te souhaite un bon mercredi Nos amitiés bises René

ynomra 17/04/2012 15:32



merci bisous 



AUDOLY-NOURIAN 04/04/2012 09:57


merci pour ce beau roman j'ai été captivée du début à la fin bonne journée bisous MA

ynomra 17/04/2012 15:32



merci audoly bisous