Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

coin lecture: Betty et Noor (Dans l'univers de Demain nous appartient) par Renaud Lhardy

Publié le par ynomra

bonjour

 

merci à Netgalley et aux éditions Hachette romans de m'avoir permise de découvrir la suite des aventures de Betty

 

 

résumé:

La suite des aventures de Betty, dans l'univers de la série culte de TF1 : Demain nous appartient !

 

Après avoir vécu une année riche en émotions, la rentrée scolaire de Betty sonne le début nouvelles aventures. L’apprentie chanteuse retrouve ses deux meilleures amies, Noor et Judith, et comme d’habitude en ce premier jour de classe, elles écrivent leurs vœux pour les mois à venir. Mais c’est sans compter sur le destin qui va leur jouer de drôles de tours : une carrière malmenée et de nouveaux amours pour Betty, un terrible accident de car et une rencontre inespérée pour Noor.

 

mon avis personnel:

 

Trop contente d'avoir pu retrouver ces personnages dans ce roman. J'aime beaucoup Noor et de retrouver ces passages en détails que je n'avais pas compris dans la série, c'est du bonus

Donc dans celui-ci on suit un chapitre sur deux Betty et Noor, de septembre au 1er janvier. On revit les épisodes de la série, plus en détail. On en apprend plus sur Betty que l'on ne voit pas beaucoup dans la série. Ses cours de chants, ses amours, ses ressentit, ça nous aide à être plus proche d'elle.

Puis l'on retrouve Noor, personnage qui ne me plaisait guère au départ, mais que j'apprécie davantage. On suit sa relation avec Timothé, ses débuts, et surtout ce fameux passage d'halloween totalement loufoque, que j'ai un peu mieux saisi même si totalement surréaliste, dommage.

Très bien écrit et c'est agréable de retrouver tous le monde en roman, en espérant une suite prochaine.

Publié dans coin lecture

Partager cet article

Repost0

coin lecture: Toi, tu as la haine ! de Raphaëlle Ahme

Publié le par ynomra

bonjour

 

merci aux éditions Librinova de m'avoir permise de découvrir ce roman 

 

 

 

résumé:

Musicienne amatrice, Gabrielle est aussi danseuse et passionnée de littérature. Son métier et les activités artistiques qu’elle a développées de manière cathartique l’ont-ils sauvée d’une enfance trop sérieuse et dénuée de chaleur maternelle ? J.S. Bach, le flamenco, Rachmaninov, Tolstoï, le tango argentin, Dumas... Son combat contre elle-même qu’a été sa vie a-t-il suffi ? Avec beaucoup de lucidité, d’humour et d’autodérision, convoquant ses souvenirs, tristes ou joyeux, et les personnes qu’elle a côtoyées, sa famille et ses amis, elle tente de répondre à cette question, jusqu'à la déflagration de l’impensable diagnostic. En tant que soignant, elle témoigne aussi, de l’intérieur, d’une activité en plein essor exercée au lit du patient, la pharmacie clinique et de la dérive managériale des hôpitaux. 

 

mon avis personnel:

 

Un roman écris à la Dickens,avec des passages de réminiscence du passé à la première personne, et du présent à la troisième personne ; comme un dédoublement de personnalité, ou une acceptation des choses non avouée.

Un livre où le personnage Gabrielle remplis de ressentit et d'incompréhension, de haine vis-à-vis de sa mère, qui l'a privé de cet amour maternel qui aurait pu l'aider à se construire et qui a fait de sa vie, ces méandres dans un monde qu'elle a dû mal a appréhender mais qu'elle va réussir à apprivoiser en se battant.

Adepte de l'art,elle va trouver son exutoire dans la musique, la danse,en en devenant une professionnelle obsessionnel, mais qui lui permettra une approche du genre humain et des sentiments.

Gabrielle nous permet une remise en question sur notre vie, notre passé qui nous fait nous, notre capacité à se grandir, malgré les manques encourut, la capacité à accepter des diagnostics, d'accepter de se faire soigner pour avancer.

Un livre qui ressemble à un journal intime, que l'on peut s'approprier, où l'on a envie de toujours en savoir plus pour comprendre, par contre assez court, mais je ne vois pas ce qu'elle aurait pu rajouter.

Très bien écris et pleins de sentiments, d'explication sur la danse, la musique et le social,je recommande.

Publié dans coin lecture

Partager cet article

Repost0

coin lecture: Xénia de Christelle Lebelle

Publié le par ynomra

bonjour

 

merci aux éditions Librinova de m'avoir permise de découvrir ce roman

 

 

résumé:

En avril 2015, Xénia enterre sa mère ; elle est à six mois de ses soixante ans et cet événement l’amène à un bilan à travers ses souvenirs.

Née à Saint-Pétersbourg en 1955, son enfance est douloureuse : sévérité et pauvreté sociales, extrême froideur de sa mère. Etudiante en chimie, elle rencontre Boris, charismatique, et entame une relation fusionnelle avec lui. Passionnément francophile, Xénia aspire à s’extraire des frontières russes et rêve depuis l’enfance à la France et à sa démocratie.

En 1994, ils découvrent lors de courts et éblouissants séjours, Nice et Paris. L’été 1995, ils s’installent à Helsinki, leur situation matérielle s’améliore et la vie familiale est harmonieuse ; mais Xénia continue à réclamer Paris.

En 2001, ils arrivent à Genève, plaque tournante du commerce pétrolier, Xénia a enfin atteint son objectif, mais le bonheur familial va se détériorer : Boris multiplie les absences, leur fils Michaël rompt violemment avec sa mère, leur fille Saskia, instable, change fréquemment de pays et d’objectifs.

Xénia souffre de dépendance affective et doit s’adapter à sa vie solitaire. La beauté de la nature au fil des saisons et son amour pour les animaux lui apportent un inestimable réconfort.

À la suite d’un événement affligeant, elle décide de se libérer de ses aveuglements et grâce à cette crise, développe une nouvelle conscience. Elle se dépouille de ses attentes affectives, du luxe, et choisit de renouer avec la joie de vivre et le respect de son identité.

mon avis personnel:

 

 

Un roman que je jugerai de remise en question sur la vie.

Xenia, après le décès de sa maman, va revivre pendant 9 mois sa vie, et avancée, en se posant les bonnes questions.

On y découvre la vie en URSS, cette vie oppressante, pleins d'interdits, de cruauté, de liberté qui n'en ai pas, où chacun vit dans la crainte de ses pensées, ses convictions, son amour... Rien ne doit être fait si ça ne plaît pas aux conventions du partie, un partie qui déshumanise.

Xenia vit dans ce monde, dans cette vie, mais va pouvoir sortir de cet enfer grâce à Boris, son mari. De pauvreté, ils découvrirons l'opulence, la richesse qui fera leur malheur de sa progéniture, et qui au final n'est qu'une façon illusoire de l'enfermer à nouveau dans une prison de luxe, où elle se retrouvera seule.

Un livre qui nous montre, la décadence du monde, une évolution mondiale qui n'apporte rien de bon, qui comme Xenia nous a fait sortir d'une pauvreté à une opulence technologique qui nous enferme, nous rend seul.

Une chose compliquée dans ce roman, c'est d'arriver à comprendre quant Xenia parle du présent et du passé, sachant que le roman n'a pas de chapitre. C'est mon seul bémol pour une histoire passionnante, sur un pays que je ne connaissais pas.

Publié dans coin lecture

Partager cet article

Repost0